INFORMATIONS

L'OMS met en garde contre les effets cancérigènes des colorants utilisés dans les bonbons, les céréales, les pâtes et les boissons

L'OMS met en garde contre les effets cancérigènes des colorants utilisés dans les bonbons, les céréales, les pâtes et les boissons


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Problèmes posologiques: apport quotidien acceptable d'additifs alimentaires

Coloration dans les additifs alimentaires

Les colorants sont utilisés dans un grand nombre d'aliments transformés (bonbons, produits laitiers, céréales pour petit-déjeuner, pâtes sèches, légumes et fruits en conserve et en conserve, etc.) et dans les boissons, y compris les concoctions.

Des études récentes ont révélé des effets cancérigènes associés à des niveaux d'exposition bien inférieurs aux niveaux précédemment considérés comme acceptables. En conséquence de ces récentes découvertes, les modifications de la loi californienne incluent l'exigence d'un étiquetage d'avertissement indiquant les effets cancérigènes possibles de ces produits, ce qui ne convient pas aux fabricants. L'attention des médias a déclenché une série de demandes de clarification de la part des États membres.

Apport journalier acceptable par différents organismes

Les colorants sont classés en fonction des réactifs utilisés dans leur processus de fabrication, comme spécifié ci-dessous.

Les composants dérivés comprennent le 4-méthylimidazole (4-MI) et le 2-acétyl-4-tétrahydroxybutylimidazole (THI), tous deux faisant l'objet d'études de test pour les cancérogènes, principalement à la recherche de néoplasmes alvéolaires / bronchiques, le cancer du poumon; c'est-à-dire chez les animaux de laboratoire.

Le Comité mixte FAO / OMS d'experts des additifs alimentaires (JECFA) a publié en 2011, les niveaux de dose journalière acceptable (DJA) qui avaient été identifiés en 1985 et 2000 par:

Colorant naturel de CLASSE I ou colorant caustique: non spécifié pour le colorant ordinaire
Colorant au sulfite caustique de CLASSE II: 0-160 mg / kg de poids corporel
Colorant ammoniac de CLASSE III: 0-200 mg / kg de poids corporel
Colorant au sulfite d'ammonium de CLASSE IV: 0-200 mg / kg de poids corporel

L'Autorité européenne de sécurité des aliments a réévalué la toxicité et la cancérogénicité des bonbons colorés en 2004 et a établi une DJA de 300 mg / kg de poids corporel. Ce chiffre est basé sur une revue des études dose-réponse utilisant des rats de laboratoire, pour lesquels les effets sur la santé, c'est-à-dire le cancer du poumon, n'étaient pas observables à des niveaux de 30 g / kg de poids corporel, en utilisant un facteur d'incertitude de 102 par mesure de précaution. L'EFSA a également évalué l'exposition de la population européenne et trouvé des valeurs DJA moyennes qui ne sont pas très différentes, et finalement supérieures à l'IDA identifiée.

Des résultats récents (2011) publiés par l'étude du US National Toxicology Program, ont utilisé différentes méthodes et ont atteint des résultats différents. Le NTP américain était basé sur des tests dose-réponse avec des souris de laboratoire, en tenant compte des observations d'incertitude observées chez des rats de laboratoire. Cependant, sur la base des résultats partiels disponibles auprès du NTP américain, l'EFSA déclare que les doses-réponses, les résultats observés chez les souris étaient seuils et que la néoplasie alvéolaire / bronchiolaire survient spontanément chez les souris à forte incidence.

Par principe de précaution, l'étude américaine NTP utilise le niveau de risque non significatif de moins de 1 sur 105 pour arriver à la DJA totale de 16 µg / jour. Ce résultat était disponible pour les commentaires du public et l'examen scientifique par les pairs, avant les modifications apportées à la sécurité de l'eau potable et à l'application de la toxicité, également connue sous le nom de Proposition 65. En conséquence, les fabricants de produits de consommation en Californie étaient vous demandera de fournir des panneaux d'avertissement indiquant que le produit contient des substances potentiellement cancérigènes. À ce stade, les réactions des fabricants et l'attention des médias ont été soulevées.

En résumé, le chiffre FAO / OMS JECFA DJA de 200 mg / kg de poids corporel, qui peut se traduire par une consommation totale de 14 × 106 µg / jour pour une personne de 70 kg de poids corporel, diffère considérablement du chiffre NTP 16 µg / jour pour une personne de poids corporel similaire. À titre de comparaison, le Science Center for the Public Interest a publié des niveaux observés d'environ 14 x 104 µg de 4-MI dans une boîte de 12 onces de boisson.

En d'autres termes, une personne peut atteindre la DJA FAO / OMS avec 100 canettes de boissons gazeuses, ou une personne ne peut pas boire une canette de soda pour rester en dessous de l'apport quotidien acceptable en NTP, sans compter les expositions à à travers de nombreux autres aliments transformés contenant des additifs similaires. Ces différences ne sont pas anodines et elles méritent une enquête scientifique plus approfondie et un débat public, y compris une participation multipartite. Une comparaison méthodologique est nécessaire pour clarifier davantage ces chiffres de DJA, y compris une meilleure reconnaissance dans les chiffres de précaution à utiliser (102 utilisés par le JECFA FAO / OMS et l'EFSA, et 106 utilisés par le NTP américain).

En outre, sur la base du principe général de précaution, les décideurs politiques devraient encourager les fabricants à rechercher des produits alternatifs plus sûrs. Il s'agit d'une tâche importante compte tenu de la large utilisation de ces produits de confiserie dans l'industrie des aliments transformés.

Lecture recommandée

http://www.fao.org/ag/agn/jecfa-additives/specs/monograph11/additive-102-m11.pdf
http://oehha.ca.gov/public_info/facts/4MEIfacts_021012.html http://www.efsa.europa.eu/en/efsajournal/pub/2004.htm http://www.cspinet.org/new/ 201203051.html


Vidéo: Sans gluten, ni lait, ni sucre: lobsession du manger sain - Enquête de santé le documentaire (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Aman

    Entre nous, dites-vous, n'avez-vous pas essayé de regarder Google.com?

  2. Barisar

    Je vais peut-être me taire

  3. Goshura

    Il y a quelque chose. De toute évidence, merci pour une explication.



Écrire un message