INFORMATIONS

"Nous essayons de créer un avenir sans poison"



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Nous avons discuté avec Vandana Shiva, l'une des références les plus importantes de l'écoféminisme. Dans ce dialogue, nous pouvons trouver des indices pour comprendre notre situation actuelle.

La semaine dernière, plusieurs ministres de notre pays ont fait la promotion des bonnes pratiques agricoles. L'Etat y apparaît non seulement comme le garant de l'agrobusiness par la législation et les infrastructures, mais dans le différend même sur le sens de la vérité. Il n'y a pas de bonnes pratiques agricoles où des poisons sont utilisés. Ils ne sont pas phytosanitaires, ils sont agro-toxiques et rendent la population malade.

«Ce que nous voyons dans ce siècle, où les pesticides sont présents, c'est un écocide et un génocide… Le capitalisme et le patriarcat ont déclaré que les femmes sont passives et que la nature meurt… dans toute sa violence contre la nature; contre les scientifiques; contre les paysans et contre la démocratie.

Ce n'est que dans les vingt dernières années de mondialisation et de néolibéralisme que l'on peut voir la concentration du pouvoir des entreprises avec le pouvoir de l'État.

Et cette guerre qui a été déclarée contre l'Argentine par le Round-up, le glyphosate et le soja transgénique est la bataille récente et je sais que vous allez la gagner, car vous organisez »

Huerquen: Comment voyez-vous ce monde présent, issu de la lutte pour la souveraineté alimentaire des peuples?

Vandana Shiva: Je pense que les villes traversent les pires moments en termes d'abus de pouvoir par les entreprises agrochimiques. Ils se font passer pour des entreprises de semences, mais ils ne produisent pas de semences, ils ne plantent pas de semences; ils savent seulement comment éliminer plus de toxines, mettre plus de toxines dans les plantes. Ils mentent. Je réponds maintenant à une réponse de Bayer-Monsanto, où la ligne qu'ils écrivent est un mensonge. Alors ils se soutiennent par la violence, par le mensonge ... mais j'ai aussi le sentiment profond qu'au fil du temps, la vie et la vérité l'emportent. Et pour cela, les mouvements doivent rester forts.

Hqn: Dans une récente interview, vous avez dit que «le patriarcat détruira le monde si nous ne l’arrêtons pas». Pourriez-vous développer un peu cette idée?

CONTRE: Dans tous les pays, il existe des divisions entre hommes et femmes, pas toujours de manière hiérarchique, parfois aussi horizontalement. Par exemple, en Inde, les tribus n'ont jamais connu d'inégalité, par contre, les femmes ne pouvaient pas faire certaines choses; mais c'était dans un contexte où ils étaient les plus importants producteurs de denrées alimentaires. Ils avaient le contrôle, ils étaient les gardiens des semences. Ce qui existe aujourd'hui est une fusion de la domination patriarcale avec la violence militarisée, combinée au pouvoir économique. En ce sens, la convergence de ce que j'appelle le capitalisme et le patriarcat, le colonialisme et le patriarcat détruit la planète.

Unir l'énorme violence contre les femmes, y compris les fémicides et la violence contre tous les êtres, les enfants, les personnes âgées qui meurent. C'est le pouvoir qui vient de la mort, le pouvoir de tuer.

Nous voyons comment ce pouvoir a détruit des sociétés, détruit la planète. Tous les scientifiques produisent en permanence des études qui parlent de l'extinction des espèces, du changement climatique, de la désertification et du manque d'eau. Ce que nous voyons dans ce siècle, où les pesticides sont présents, c'est un écocide et un génocide. Donc, si nous n'arrêtons pas cette convergence du capitalisme et du patriarcat, nous n'aurons tous aucun avenir. Puisqu'ils ont l'idée qu'en tuant tout le monde, ils seront les vainqueurs, tandis que tous les autres seront les perdants. Ainsi, nous serons éteints en tant qu'espèce humaine au siècle prochain. Par conséquent, il vaut mieux mettre fin au patriarcat avant qu'il ne mette fin à la vie.

Hqn: Qu'est-ce que l'écoféminisme?

CONTRE: Pour moi, l'écoféminisme, c'est d'abord reconnaître qu'il y a une confluence de: pouvoir, cupidité, marché, capitalisme et violence. Donc, la première est de reconnaître cela et la deuxième est de reconnaître notre propre pouvoir, parce que le capitalisme et le patriarcat ont déclaré que les femmes sont passives et que la nature meurt. L'écoféminisme reconnaît que la nature n'est pas seulement vivante, elle est aussi la base de toute vie et que nous en faisons partie. Et comprendre que nous, les femmes, avons un grand potentiel; mais un potentiel différent, non violent, non de domination et de mort, mais de bienveillance et de partage. La créativité et la compassion chez les femmes sont possibles chez tous les humains, car je ne crois pas au déterminisme génétique. Vous voyagez à travers l'Inde lors d'un voyage bouddhiste. C'est ce qu'est le bouddhisme, que tout le monde ait de la compassion. C'est donc vraiment le pouvoir de l'écoféminisme.

Hqn: En 2017, on a assisté à l'échec de la COP23 à Bonn (Allemagne) sur le changement climatique, et aux États-Unis la présidence Trump retire son pays de l'Accord de Paris (2015): comment voyez-vous le monde face à ce véritable carrefour existentiel? Et que pensez-vous que les peuples peuvent faire à ce sujet?

CONTRE: Eh bien, ce n'est que dans les vingt dernières années de mondialisation et de néolibéralisme que nous pouvons voir toute la concentration du pouvoir dans des systèmes centralisés. La concentration du pouvoir des entreprises avec le pouvoir de l'État. Ce système est désormais dysfonctionnel et c'est ce qui a conduit à l'échec de la COP et au retrait de Trump. Mais ce n'est pas l'échec de la planète et ce n'est pas la fin de notre pouvoir. Le moment est venu, puisqu'en haut ils ont échoué, les peuples d'en bas donneront naissance à une nouvelle communauté.

Hqn: Vous faisiez partie du Tribunal populaire contre Monsanto (actuellement en cours de fusion avec Bayer) à La Haye. Quelles sont les conclusions de cette initiative? Et quels outils concrets laisse-t-il aux peuples qui résistent à travers le monde?

CONTRE: Je pense que le rôle le plus important du Tribunal populaire de La Haye était de réussir à rassembler tous les crimes de Monsanto, contre la nature et les hommes, en un seul endroit. Ainsi, les Argentins se battent contre les fumigations, en Inde nous luttons contre les suicides des paysans et les mensonges de Monsanto. Et ils réclament des brevets. Mais nous n'avons pas de brevets comme en Argentine, ici il n'est pas permis de breveter des semences. Nous n'autorisons pas le brevetage des semences et c'est l'un des rôles que j'ai joué, ainsi que Fernando Cabaleiro à travers Nature of Rights a accompagné cela
défi.

Dans les mouvements, nous avons de nombreuses divisions, et il y a aussi des divisions géographiques. Ainsi, il y a des gens qui luttent contre les pesticides, et d'autres contre les brevets, d'autres se battent pour les droits des paysans et d'autres luttent contre les violations de la «science digne». Nous nous réunissons et cherchons à l'étendre dans le monde entier avec des mouvements d'Argentine, du Mexique, du Brésil, des États-Unis, du Canada, d'Afrique, d'Europe, d'Inde, du Bangladesh… tous.

Ce crime collectif est ce qui est documenté: dans toute sa violence contre la nature, ce qu'on appelle maintenant l'écocidium; contre les scientifiques; contre les paysans et contre la démocratie.

Et je pense que la leçon la plus importante que nous pouvons tirer du tribunal est que les gens ont le pouvoir de juger les criminels. Parce que le plus haut tribunal est le tribunal de conscience. Le plus haut tribunal est le tribunal des personnes qui savent ce qui se passe et qui prennent la responsabilité d'agir. C'est la plus haute expression de la démocratie.

Hqn: Qu'avez-vous ressenti quand vous avez entendu le cri argentin de «Ni Una menos» et l'initiative de la grève internationale des femmes?

CONTRE: Je suis témoin de la façon dont la violence contre les femmes en Inde s’est aggravée et devient de plus en plus brutale. Il y a trois ans, nous avons eu ce terrible cas d'une jeune femme qui a été violée et assassinée dans un collectif, et ces histoires se répètent chaque jour. Mais l'agriculture basée sur les pesticides, que nous appelons la «révolution verte», qui n'est pas verte et n'est pas une révolution, a également tué des femmes. Parce que les champs avec du poison, ces champs fumigés où il n'est pas nécessaire d'avoir des gens pour prendre soin de la terre, il n'est pas nécessaire d'avoir un amour pour les plantes; ils aggravent les problèmes socio-économiques des femmes en Inde.

Donc, je crois que pas une de moins en train de disparaître, pas une femme de moins violée, n'est une continuité quand on dit pas une espèce de moins. Par conséquent, pour moi, il existe un lien entre le droit des femmes et le droit de la nature, non pas de manière statique, pas de manière essentialiste, mais de manière créative de résistance. Une résistance différente dans laquelle nous
nous ne serons plus des victimes.

Hqn: Quel message aimeriez-vous envoyer au peuple argentin?

CONTRE: Pour le peuple argentin, le message que je voudrais laisser est que vous avez traversé des moments difficiles, et toujours par votre inventivité, par votre créativité, vous avez créé des réseaux qui ont permis l'avenir. Et cette guerre qui a été déclarée contre l'Argentine par le Round-up, le glyphosate et le soja transgénique est la bataille récente et je sais que vous allez la gagner, parce que vous vous organisez. Et je remarque que vous vous organisez et que vous vous mêlez également à nous tous. Nous essayons de créer un avenir sans poison.


Vidéo: BÉLIER SENTIMENTAL OCTOBRE 2020 (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Vura

    Je considère que vous vous trompez. Discutons. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.

  2. Kalkree

    Dans ce quelque chose, je semble que c'est l'excellente idée. Je suis d'accord avec toi.

  3. Peredwus

    Le message est bon, j'ai lu et vu beaucoup de mes erreurs, mais je n'ai pas vu le principal :)

  4. Aisford

    À mon avis, c'est un thème très intéressant. Je vous le suggère de discuter ici ou dans PM.



Écrire un message