INFORMATIONS

Mexique - Corps et eau: les femmes en résistance

Mexique - Corps et eau: les femmes en résistance


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

«Depuis le début de 2017, la population mexicaine a entamé une bataille dans la lutte pour la défense de son droit à l'eau, car sous le gouvernement de l'État dirigé par le gouverneur Francisco Arturo Vega de la Madrid, elle a lancé des projets de 'développement économique' qui impliquaient les faits la passation de l'administration de l'Etat aux sociétés transnationales et la promulgation de lois de privatisation.

À Mexicali, la capitale de la Basse-Californie, ainsi que dans le reste du pays et dans le monde, le modèle de développement viole systématiquement les droits de l'homme et détruit l'environnement.

Depuis le début de 2017, la population mexicaine a entamé une bataille dans la lutte pour la défense de son droit à l'eau, car sous le gouvernement de l'État dirigé par le gouverneur Francisco Arturo Vega de la Madrid, elle a lancé des projets de «développement économique» impliquant la fait le transfert de l'administration de l'Etat aux sociétés transnationales et la promulgation de lois de privatisation, permettant la visibilité des intérêts commerciaux du gouvernement au-dessus du droit humain à l'eau.

Fin 2016 et début 2017, une vague de grande indignation populaire a éclaté, donnant lieu à la nécessité d'une organisation pour empêcher la dépossession et le pillage à travers les lois (loi sur l'eau de l'État et loi sur les associations publiques privées) et une usine brasserie aux États-Unis qui non seulement menace la population de la Basse-Californie, mais pourrait provoquer une catastrophe environnementale d'énormes magnitudes en continuant à surexploiter l'aquifère de la vallée de Mexicali.

Avec une position claire en faveur du respect des atouts naturels communs comme l'eau, les femmes en résistance ont porté ce concept de souveraineté dans nos corps.

Dans notre corps et dans nos territoires, nous ressentons l'exploitation croissante, la dépossession, la contamination, l'extraction et toutes sortes de violence, ici nous constatons que le patriarcat fait à nos corps ce que les économies capitalistes font à nos territoires. Nous nous organisons pour 2 enjeux majeurs: dépénaliser, légaliser et garantir l'avortement et défendre le droit humain à l'eau. Parce que? Nous disons: défendre l'eau, c'est défendre le droit de vivre; et défendre le droit à l'avortement, en tant que femmes que nous sommes, suppose que nous sommes des êtres libres, soumis à des droits, autonomes avec la capacité de décider de nos vies, c'est là le point de rencontre des deux luttes, il s'agit de défendre la vie, humaine ou non humain (terre, eau, semences, culture, communauté).

Dans les deux luttes, nous refusons, nous rejetons que notre corps continue d'être un territoire de dispute, de viol, de discrimination, de maternité forcée, de traite, etc.

Nous avons rarement réuni ces luttes, car elles nous ont appris (commodément) à penser qu'il n'y a aucune relation, comme si le capitalisme patriarcal et ses mécanismes de pouvoir ne pénétraient pas nos corps et les lieux que nous habitons.

La compréhension de la confluence entre la défense du territoire et la défense du droit de décider sur nos corps exige de nouvelles manières d'affronter les modèles économiques extractifs, et permet la construction d'espaces de diversité et d'autonomie, de nouveaux modes de vie en relation avec la nature et ceux d'entre nous qui en dépendent Les femmes organisées dans les territoires en résistance, comme à Mexicali aujourd'hui, se sont donné la tâche de transcender ces limites imposées par le système, celles qui ne permettent pas de voir dès le départ qu'il n'y a pas de lutte isolée , et donc notre participation est de plus en plus active, à la fois dans les actions de résistance, telles que les sit-in, les grèves, la direction des marches, le travail de dénonciation de la corruption des gouvernements, la visibilité de notre lutte dans les médias, la conduite d'accompagnement dans l'avortement malgré la criminalisation de la pratique, participer à des forums publics dans des contextes très conservateurs co Comme la Basse Californie, parce que nous comprenons que la souveraineté sur l'environnement, sur les biens naturels communs au sens large, a des conséquences directes sur la compréhension et la défense de notre liberté et de l'autonomie de nos corps: en tant que premier territoire qui nous appartient , l'atout le plus précieux, la première tranchée de lutte.

Tania Gallaga, Balance rouge, A.C.

Source: Le Field Day


Vidéo: Le violeur, cest toi, un hymne de la lutte féministe (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Ziyan

    Il est dommage que je ne puisse pas participer à la discussion maintenant. Très peu d'informations. Mais ce sujet m'intéresse beaucoup.

  2. Mikale

    Uuurraaaa, enfin, Zaber

  3. Gojora

    Tout à fait juste! Cela me semble être une excellente idée. Je suis d'accord avec toi.

  4. Toxeus

    L'auteur continue son bon travail

  5. Earwine

    Je suppose être guidé lors du choix uniquement à votre goût. Il n'y aura pas d'autres critères pour la musique postée sur le blog. Quelque chose à mon avis est plus approprié pour l'écoute du matin. Chot quelque chose - pour la soirée.

  6. Tora

    Désolé, je voudrais également exprimer mon opinion.

  7. Orlin

    Une très bonne idée



Écrire un message